Citations inspirantes de Jack Ma (Alibaba) pour les entrepreneurs

Jack Ma
Qui aurait pensé que Ma Yun, plus connu sous le nom de Jack Ma, dirigerait un jour la plus grande entreprise de commerce électronique de la Chine, connue sous le nom de Alibaba Group.

L’ancien professeur d’anglais a en effet été rejeté par nombre d’employeurs en Chine, y compris KFC.

Il y a un examen de passage pour l’université. J’ai échoué trois fois. J’ai échoué souvent. J’ai postulé pour 30 jobs différents et j’ai été rejeté. J’ai même cherché à entrer dans la police, ils m’ont dit : « vous n’êtes pas bon ». J’ai même postulé à KFC quand l’enseigne est arrivé dans ma ville. 24 personnes se sont présentées pour obtenir un boulot. 23 ont été acceptées.

Au milieu des années 1990, Jack Ma découvre l’existence d’Internet et commence à voir cette nouvelle tendance technologique comme une grande opportunité d’affaires. Il visite même souvent les États-Unis pour en apprendre davantage sur Internet.

En 1995, il lève un fonds de 20 000 $ pour démarrer sa propre entreprise avec l’intention de se concentrer uniquement sur Internet. Le but de l’entreprise était de créer des pages d’accueil pour leurs clients.

Bien que ce type d’entreprise soit relativement récent, Jack Ma réussit à gagner 800 000 $ en seulement trois ans.

En 1999, Jack Ma fonde une compagnie de commerce électronique appelée «Alibaba» avec d’autres amis. L’intention est de créer un site Web qui ressemble davantage à un guichet unique pour les transactions inter-entreprises.

Self-made man, Ma est le premier entrepreneur chinois à apparaître sur la couverture de Forbes. Il a été nommé dans la liste du Time des 100 personnes les plus influentes au monde en 2009.

Il est l’un des hommes les plus riches de Chine et l’un des plus riches d’Asie, avec une valeur nette de 47,8 milliards de dollars américains en novembre 2017. Icône mondiale du monde des affaires et de l’entrepreneuriat, homme d’affaires parmi les plus influents au monde, philanthrope et visionnaire novateur, il a été classé 2e dans la liste 2017 des 50 plus grands leaders au monde du magazine Fortune.

Il a donné de nombreuses conférences, éclaircissements et conseils tout au long de sa carrière.

Ses citations les plus inspirantes :

Si vous voulez grandir, trouvez une bonne opportunité… Aujourd’hui, si vous voulez être une grande entreprise, réfléchissez à quel pourrait être le problème social que vous pourriez résoudre.

Un leader devrait être visionnaire et donc voir plus loin qu’un employé.

Un leader ne devrait jamais comparer ses compétences techniques avec celles de ses employés.

Un leader devrait avoir plus de courage et de ténacité, et être capable de supporter ce que les employés ne supportent pas.

S’il y a de beaux lapins au sol et que vous vouliez en attraper un, concentrez-vous sur un seul.

Renoncer est le plus grand échec.

Si nous allons travailler à 8 heures du matin et que nous rentrons chez nous à 17 heures, ce n’est pas une entreprise de haute technologie et Alibaba ne connaîtra jamais le succès. Si nous avons ce genre d’esprit 8 à 5, alors nous devrions faire autre chose.

Ne jamais abandonner. Aujourd’hui c’est dur, demain sera encore pire mais le surlendemain sera ensoleillé.

Quand je suis moi-même, je suis heureux et j’obtiens de bons résultats.

Le monde a besoin d’un nouveau leadership, et la nouveauté consiste à travailler ensemble.

Vous devriez apprendre de votre concurrent, mais ne le copiez jamais. Copiez et vous mourrez.

Nous devrions poursuivre sur la voie de la mondialisation. La mondialisation est une bonne chose. Quand le commerce cesse, la guerre survient.

Il y a de de grands problèmes qui changent le monde. Si nous travaillons ensemble, cela nous aidera à mieux nous comprendre, à mieux nous apprécier, à nous aider les uns les autres.

Mon histoire, mon rêve, viennent d’Amérique. Mon héros c’est Forrest Gump, j’adore ce type. J’ai regardé ce film au moins dix fois. À chaque fois que je ressens de la frustration, je le visionne. J’ai revu le film avant de revenir ici à New York. J’ai l’ai revu et il m’a rappelé que peu importe ce qui a pu changer, je reste ce que je suis.

La chose la plus importante dont vous devriez disposer est la patience.

Je ne suis pas venu au monde pour travailler. Je veux profiter de la vie. Je ne désire pas mourir au bureau, je veux mourir sur les plages.

J’ai échoué deux fois aux examens avant d’être accepté dans ce qui était considéré comme la pire université de la ville, l’université des professeurs de Hangzhou. J’étudiais pour devenir un professeur d’anglais du secondaire. Dans mon université, j’ai été élu représentant des étudiants puis plus tard représentant de la fédération des étudiants de la ville.

Je ne pense pas être un bourreau de travail. Chaque week-end, j’invite mes collègues et amis à la maison pour jouer aux cartes. Et les gens, notamment mes voisins, sont toujours surpris parce que j’habite au 1er étage et qu’il y a habituellement 40 paires de chaussures devant ma porte, et les gens jouent aux cartes ou aux échecs. Nous nous amusons beaucoup.

Je surnomme Alibaba “les mille et une erreurs”. Nous nous sommes développés trop vite, puis dans le contexte de la bulle internet, nous avons eu à subir des pertes. En 2002, nous avions de la trésorerie pour survivre pendant 18 mois seulement. Nous avions beaucoup de membres gratuits utilisant notre site et nous ignorions comment nous allions faire de l’argent. Nous avons donc développé un produit facilitant la rencontre entre les exportateurs chinois et les acheteurs américains en ligne. Ce modèle de business nous a sauvés.

Je crois sincèrement que vous devriez avoir une visée philanthropique couplée au pragmatisme des affaires. Parce que les choses doivent être accomplies. C’est ce que les scientifiques nous apprennent sur la manière de faire les choses correctement. Le business devrait nous apprendre à faire les choses de manière efficiente. Et le gouvernement devrait proposer le bon environnement ainsi que les fondations de la recherche.

Mon boulot est de faire de l’argent, aider les autres à faire de l’argent. Je dépense de l’argent, m’efforçant à ce que de plus en plus de gens s’enrichissent, parce que vous ne pouvez pas dépenser trop d’argent, pas vrai ?

Aidez les jeunes. Aidez les petits. Parce que les petits vont devenir grands. Les jeunes auront les graines que vous aurez déposés dans leur esprit, et quand ils grandissent, ils changeront le monde.

J’essaie d’être heureux, parce que je sais que si je ne le suis pas, mes collègues ne le seront pas, et mes actionnaires et mes clients non plus.

Sur les questions relatives à la protection de la vie privée, c’est comme il y a des centaines d’années lorsque les gens disaient, « je préfère mettre mon argent sous mon oreiller plutôt que dans une banque. » Mais aujourd’hui, les banques savent comment protéger l’argent bien mieux que vous. Aujourd’hui, nous n’avons peut-être pas les réponses aux questions relatives à la vie privée, mais je crois que nos jeunes vont apporter les solutions.

Notre philosophie est que nous voulons être un écosystème. Notre philosophie est de donner la capacité aux autres de vendre, leur donner la capacité de service, s’assurer que les autres sont plus puissants que nous. Avec notre technologie, nos innovations, nos partenaires – 10 millions de petits vendeurs – ils peuvent entrer dans la compétition avec Microsoft ou IBM.

Dépenser de l’argent est bien plus difficile que de le gagner.

En tant qu’homme d’affaires, je souhaite au monde entier de partager une égale prospérité.

Je ne veux pas être aimé, je veux être respecté.

Ma vision est de construire un écosystème de commerce en ligne qui permette aux clients et aux entreprises d’échanger commercialement à tous les niveaux en ligne.

Ayons confiance en la jeunesse ; ayons confiance en la capacité d’innovation de cette generation. Ils créent des choses, innovent chaque jour. Et tous les consommateurs sont les mêmes : ils veulent de nouvelles choses, ils veulent des choses bon marché, ils veulent de bons produits ou services, uniques en leur genre. Si nous pouvons créer ce genre de choses pour les clients, ils viendront.

Si vous souhaitez investir dans notre compagnie, nous plaçons le client en n°1, l’employé en n°2, l’actionnaire en n°3.

Les leçons que j’ai apprises des heures sombres d’Alibaba : vous devez faire en sorte que votre équipe ait de la valeur, de l’innovation, et une vision. Aussi, si vous n’abandonnez pas, vous avez encore une chance. Et lorsque vous êtes petit, vous devez être très concentré et vous appuyer sur votre intelligence et non pas sur votre force.

Au début je voulais juste survivre. Pendant les trois premières années, nous n’avons eu aucun revenu. Je me rappelle plusieurs fois où j’allais payer l’addition et le propriétaire du restaurant me disait « elle a été payée ». Et il y avait une note disant, « M. Ma, je suis un de vos clients sur la plateforme Alibaba. J’ai gagné beaucoup d’argent, et je sais que ce n’est pas votre cas, j’ai donc payé la note ».

Je respecte Apple. C’est une grande compagnie qui a changé le monde, spécialement dans le domaine de la téléphonie mobile.

Avant que je quitte la Chine, l’on m’avait enseigné que la Chine était le pays le plus riche et heureux du monde. Quand je suis arrivé en Australie, j’ai pensé, « Oh mon dieu, tout est différent de ce qu’on m’a dit. » Depuis ce temps-là j’ai commencé à penser différemment.

Personne ne voulait croire Jack Ma.

Mon rêve était de créer ma propre compagnie de commerce en ligne. En 1999 j’ai rassemblé 18 personnes dans mon appartement et je leur ai parlé pendant deux heures de ma vision. Tout le monde a mis son argent sur la table et nous avons pu lancer Alibaba avec 60 000 dollars. Je voulais une compagnie internationale, j’ai donc choisi un nom international.

J’aime bien jouer aux cartes. Je ne suis pas très bon car je ne veux pas calculer, je joue par pur instinct. Mais j’ai appris beaucoup sur la philosophie du business en jouant au poker.

Je veux changer l’histoire, faire quelque chose d’important dans ma vie, et influencer les gens comme nous l’avons fait avec les millions de petites entreprises chez Alibaba. Ainsi ils vous aiment et vous respectent parce que vous rendez leur vie importante.

La Chine est toujours l’économie dont la croissance est la plus importante au monde, mais nous devons apprendre comment utiliser l’argent d’une meilleure façon. Il s’agit de la qualité, pas de la quantité.

Je ne suis pas un geek. J’observe la technologie avec les yeux de mes clients, les yeux des gens ordinaires.

Chaque revolution technologique prend à peu près 50 ans.

Le commerce est une communication des cultures et des valeurs.

Si vous vous lancez dans les affaires, il ne s’agit pas simplement d’acheter. Vous devez créer quelque chose. Vous devez créer quelque chose qui n’a jamais existé pour le futur.

Quand nous avons lancé notre compagnie internet “China Pages” en 1995, nous faisions simplement des pages d’accueil pour de nombreuses entreprises chinoises. Nous allions voir les grands propriétaires, les grandes compagnies et ils ne souhaitaient pas s’y engager. Nous sommes allés voir les entreprises nationales, c’était pareil. C’est uniquement les PME qui voulaient réellement s’y engager.

Quand j’ai eu 12 ans, je me suis intéressé à l’apprentissage de l’anglais.

Une startup pour les entrepreneurs c’est comme avoir un bébé, et j’ai 5 bébés maintenant. Je suis un père expérimenté.

Je pense que la nouvelle generation est toujours meilleure que la précédente. Peu importe que vous aimiez ça ou non. Mon père disait, « Jack, je suis si bon, tu ne pourras l’être autant ». Mais je suis meilleur que lui. Mon père est meilleur que mon grand-père. Mes enfants seront meilleurs que moi.

La technologie, je n’y connais rien.

Notre philosophie est la suivante : en utilisant la technologie internet, nous pouvons faire en sorte que chaque compagnie devienne Amazon.

Je ne me soucie pas des revenus.

Mon travail consiste à aider plus de gens à avoir des jobs.

Si Alibaba ne peut pas devenir un Microsot ou un Wal-Mart, je le regretterai pour le restant de mes jours.

Alibaba est un écosystème qui aide les petites entreprises à croître.

Quand j’ai commencé, je réfléchissais à la façon dont internet était global et que nous devions avoir un nom global également, un nom intéressant. En ce temps-là, le meilleur nom était Yahoo ! Soudain j’ai pensé, Alibaba est un bon nom.

 

Un commentaire ?