Dix citations d’un leader : Bruce Lee

Bruce Lee dans Enter the Dragon (Opération Dragon, 1973)
  • Si vous assignez toujours une limite à tout ce que vous faites, physique ou autre chose, cela se diffusera dans votre travail et dans votre vie. Il n’y a pas de limites. Il n’y a que des plateaux, et vous ne devez pas y rester, vous devez les dépasser.
  • Soyez toujours vous-même, exprimez-vous, ayez foi en vous, ne vous tournez pas vers l’extérieur pour trouver une personnalité qui a réussi afin de la dupliquer.
  • La connaissance vous donnera le pouvoir, mais le caractère, du respect.
  • Si vous aimez la vie, ne gaspillez pas votre temps, car le temps est ce dont la vie est faite.
  • Au diable les circonstances, je me crée mes propres opportunités.
  • Si vous passez trop de temps à penser à quelque chose, vous ne passerez jamais à l’action.
  • Je ne crains pas l’homme qui a pratiqué 10 000 coups de pied une fois, mais je crains l’homme qui a pratiqué le même coup de pied 10 000 fois.
  • Ce n’est pas le développement quotidien mais l’affaiblissement quotidien. Éliminez ce qui n’est pas essentiel.
  • La possession de n’importe quoi commence dans l’esprit.
  • Je ne suis pas dans ce monde pour répondre à vos attentes, ni vous non plus pour répondre aux miennes.

Citations inspirantes – Janvier 2018

Lundi 1er janvier 2018

« Il y a un biais énorme dans la prise de risques, car tout le monde essaie d’optimiser la couverture de son cul. » — Elon Musk

Mardi 2 Janvier 2018

« La chance est un dividende de la sueur. Plus vous transpirez, plus vous avez de chance. » — Ray Kroc

Mercredi 3 janvier 2018

« S’il vous plaît pensez à votre héritage, car vous l’écrivez tous les jours. » — Gary Vaynerchuck

Jeudi 4 janvier 2018

« Les talents sont faciles – ils sont donnés après tout. Les choix peuvent être difficiles. Vous pouvez vous séduire vous-même avec vos talents si vous n’y faites pas attention, et si vous le faites, ça le sera probablement au détriment de vos choix.  » — Jeff Bezos

Vendredi 5 janvier 2018

« Vous prenez votre vie en main, et que se passe-t-il ? Une chose terrible : personne à blâmer. » — Erica Jong

Samedi 6 janvier 2018

« La seule façon de faire du bon travail est d’aimer ce que vous faites. » — Steve Jobs

Dimanche 7 janvier 2018

« Soyez la meilleure version de vous-même au lieu d’une version médiocre de quelqu’un d’autre. » — Judy Garland

Lundi 8 janvier 2018

« Ce que nous pensons, nous le devenons. » — Bouddha

Mardi 9 janvier 2018

« Les gens qui disent que ça ne peut pas être fait ne devraient pas interrompre ceux qui le font. » — George Bernard Shaw

Mercredi 10 janvier 2018

« Ne vous laissez pas distraire par les critiques, ayez plutôt ceci en tête : pour certaines personnes la seule façon de goûter au succès est de vous mordre. » — Zig Ziglar

Jeudi 11 janvier 2018

« Tentez la lune, et si vous n’y parvenez pas, vous vous dirigerez toujours vers une étoile. Le bonheur ne réside pas dans la simple possession d’argent, mais dans la joie de la réussite, dans le frisson de l’effort créatif.  » — Franklin Delano Roosevelt

Vendredi 12 janvier 2018

« Je me suis rendu compte que tâcher de se rendre heureux est le plus important. N’ayez jamais honte de ce que vous ressentez, vous avez le droit de ressentir toute émotion que vous voulez et de faire ce qui vous rend heureux. Ceci est mon credo.  » — Demi Lovato

Samedi 13 janvier 2018

« Un entrepreneur est quelqu’un qui saute d’une falaise et construit un avion en descendant. » — Reid Hoffman

Dimanche 14 janvier 2018

« L’intrépidité est comme un muscle. J’ai appris par ma propre expérience que plus je l’exerce, plus il devient naturel de ne pas laisser mes peurs me contrôler. » — Arianna Huffington

Lundi 15 janvier 2018

« Si vous ne pouvez pas voler, alors courez, si vous ne pouvez pas courir, alors marchez, si vous ne pouvez pas marcher, alors rampez, mais quoi que vous fassiez, vous devez continuer à aller de l’avant. » — Dr. Martin Luther King Jr.

Mardi 16 janvier 2018

«Nous serons des soldats, ainsi nos fils pourront être fermiers, et leurs propres fils, des artistes.» — Thomas Jefferson.

Mercredi 17 janvier 2018

« Pour être un champion, il faut croire en soi quand personne n’y croit. » — Sugar Ray Robinson

Jeudi 18 janvier 2018

« Ne vous efforcez pas d’être un succès, mais plutôt d’être de valeur. » — Albert Einstein

Vendredi 19 Janvier 2018

« Voici l’un des aspects les plus sous-estimés du leadership… J’ai vu beaucoup de bonnes unités [militaires] avoir des résultats en-deça des attentes parce que quelqu’un… pensait que le commandant était incompétent et travaillait donc tranquillement à miner son autorité.  » — William H. McRaven

Samedi 20 janvier 2018

« Si nous faisions tout ce dont nous étions capables, nous serions littéralement stupéfaits. » — Thomas Edison

Dimanche 21 janvier 2018

« L’éducation formelle vous fera vivre, l’autodidactisme vous gagnera une fortune ». — Jim Rohn

Lundi 22 janvier 2018

« N’ayez jamais honte ! Il y en a qui vous en tiendront rigueur, mais ils n’en valent pas la peine. » — J.K. Rowling

Mardi 23 janvier 2018

« J’ai appris au fil des ans que lorsque l’on est déterminé, cela diminue la peur. » — Rosa Parks

Mercredi 24 janvier 2018

« On trouve des limites en les repoussant. » — Herbert Simon

Jeudi 25 janvier 2018

« Aujourd’hui, je choisis la vie. De ressentir la liberté de pouvoir continuer à faire des erreurs et des choix – aujourd’hui je choisis de ressentir la vie, non de nier mon humanité mais de l’embrasser. » — Kevin Aucoin

Vendredi 26 janvier 2018

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité ;un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » — Sir Winston Churchill

Samedi 27 Janvier 2018

« Parfois, vous ne pouvez trouver le paradis qu’en reculant lentement de l’enfer. » — Carrie Fisher

Dimanche 28 janvier 2018

« La meilleure préparation pour demain est de faire de votre mieux aujourd’hui. » — H. Jackson Brown, Jr.

Lundi 29 janvier 2018

«Les gens empruntent des chemins différents pour trouver satisfaction et bonheur. Qu’ils ne se trouvent pas sur votre route ne signifie pas nécessairement qu’ils se soient perdus. — Dalai Lama

Mardi 30 janvier 2018

« Dans la vraie vie, l’acte de création défie la mort. Je pense vraiment que c’est aussi simple et idiot. » — Rick Owens

Mercredi 31 janvier 2018

« Je ne suis pas un produit de ma situation, je suis un produit de mes décisions. » — Stephen Covey

Citations inspirantes de Jack Ma (Alibaba) pour les entrepreneurs

Jack Ma
Qui aurait pensé que Ma Yun, plus connu sous le nom de Jack Ma, dirigerait un jour la plus grande entreprise de commerce électronique de la Chine, connue sous le nom de Alibaba Group.

L’ancien professeur d’anglais a en effet été rejeté par nombre d’employeurs en Chine, y compris KFC.

Il y a un examen de passage pour l’université. J’ai échoué trois fois. J’ai échoué souvent. J’ai postulé pour 30 jobs différents et j’ai été rejeté. J’ai même cherché à entrer dans la police, ils m’ont dit : « vous n’êtes pas bon ». J’ai même postulé à KFC quand l’enseigne est arrivé dans ma ville. 24 personnes se sont présentées pour obtenir un boulot. 23 ont été acceptées.

Au milieu des années 1990, Jack Ma découvre l’existence d’Internet et commence à voir cette nouvelle tendance technologique comme une grande opportunité d’affaires. Il visite même souvent les États-Unis pour en apprendre davantage sur Internet.

En 1995, il lève un fonds de 20 000 $ pour démarrer sa propre entreprise avec l’intention de se concentrer uniquement sur Internet. Le but de l’entreprise était de créer des pages d’accueil pour leurs clients.

Bien que ce type d’entreprise soit relativement récent, Jack Ma réussit à gagner 800 000 $ en seulement trois ans.

En 1999, Jack Ma fonde une compagnie de commerce électronique appelée «Alibaba» avec d’autres amis. L’intention est de créer un site Web qui ressemble davantage à un guichet unique pour les transactions inter-entreprises.

Self-made man, Ma est le premier entrepreneur chinois à apparaître sur la couverture de Forbes. Il a été nommé dans la liste du Time des 100 personnes les plus influentes au monde en 2009.

Il est l’un des hommes les plus riches de Chine et l’un des plus riches d’Asie, avec une valeur nette de 47,8 milliards de dollars américains en novembre 2017. Icône mondiale du monde des affaires et de l’entrepreneuriat, homme d’affaires parmi les plus influents au monde, philanthrope et visionnaire novateur, il a été classé 2e dans la liste 2017 des 50 plus grands leaders au monde du magazine Fortune.

Il a donné de nombreuses conférences, éclaircissements et conseils tout au long de sa carrière.

Ses citations les plus inspirantes :

Si vous voulez grandir, trouvez une bonne opportunité… Aujourd’hui, si vous voulez être une grande entreprise, réfléchissez à quel pourrait être le problème social que vous pourriez résoudre.

Un leader devrait être visionnaire et donc voir plus loin qu’un employé.

Un leader ne devrait jamais comparer ses compétences techniques avec celles de ses employés.

Un leader devrait avoir plus de courage et de ténacité, et être capable de supporter ce que les employés ne supportent pas.

S’il y a de beaux lapins au sol et que vous vouliez en attraper un, concentrez-vous sur un seul.

Renoncer est le plus grand échec.

Si nous allons travailler à 8 heures du matin et que nous rentrons chez nous à 17 heures, ce n’est pas une entreprise de haute technologie et Alibaba ne connaîtra jamais le succès. Si nous avons ce genre d’esprit 8 à 5, alors nous devrions faire autre chose.

Ne jamais abandonner. Aujourd’hui c’est dur, demain sera encore pire mais le surlendemain sera ensoleillé.

Quand je suis moi-même, je suis heureux et j’obtiens de bons résultats.

Le monde a besoin d’un nouveau leadership, et la nouveauté consiste à travailler ensemble.

Vous devriez apprendre de votre concurrent, mais ne le copiez jamais. Copiez et vous mourrez.

Nous devrions poursuivre sur la voie de la mondialisation. La mondialisation est une bonne chose. Quand le commerce cesse, la guerre survient.

Il y a de de grands problèmes qui changent le monde. Si nous travaillons ensemble, cela nous aidera à mieux nous comprendre, à mieux nous apprécier, à nous aider les uns les autres.

Mon histoire, mon rêve, viennent d’Amérique. Mon héros c’est Forrest Gump, j’adore ce type. J’ai regardé ce film au moins dix fois. À chaque fois que je ressens de la frustration, je le visionne. J’ai revu le film avant de revenir ici à New York. J’ai l’ai revu et il m’a rappelé que peu importe ce qui a pu changer, je reste ce que je suis.

La chose la plus importante dont vous devriez disposer est la patience.

Je ne suis pas venu au monde pour travailler. Je veux profiter de la vie. Je ne désire pas mourir au bureau, je veux mourir sur les plages.

J’ai échoué deux fois aux examens avant d’être accepté dans ce qui était considéré comme la pire université de la ville, l’université des professeurs de Hangzhou. J’étudiais pour devenir un professeur d’anglais du secondaire. Dans mon université, j’ai été élu représentant des étudiants puis plus tard représentant de la fédération des étudiants de la ville.

Je ne pense pas être un bourreau de travail. Chaque week-end, j’invite mes collègues et amis à la maison pour jouer aux cartes. Et les gens, notamment mes voisins, sont toujours surpris parce que j’habite au 1er étage et qu’il y a habituellement 40 paires de chaussures devant ma porte, et les gens jouent aux cartes ou aux échecs. Nous nous amusons beaucoup.

Je surnomme Alibaba “les mille et une erreurs”. Nous nous sommes développés trop vite, puis dans le contexte de la bulle internet, nous avons eu à subir des pertes. En 2002, nous avions de la trésorerie pour survivre pendant 18 mois seulement. Nous avions beaucoup de membres gratuits utilisant notre site et nous ignorions comment nous allions faire de l’argent. Nous avons donc développé un produit facilitant la rencontre entre les exportateurs chinois et les acheteurs américains en ligne. Ce modèle de business nous a sauvés.

Je crois sincèrement que vous devriez avoir une visée philanthropique couplée au pragmatisme des affaires. Parce que les choses doivent être accomplies. C’est ce que les scientifiques nous apprennent sur la manière de faire les choses correctement. Le business devrait nous apprendre à faire les choses de manière efficiente. Et le gouvernement devrait proposer le bon environnement ainsi que les fondations de la recherche.

Mon boulot est de faire de l’argent, aider les autres à faire de l’argent. Je dépense de l’argent, m’efforçant à ce que de plus en plus de gens s’enrichissent, parce que vous ne pouvez pas dépenser trop d’argent, pas vrai ?

Aidez les jeunes. Aidez les petits. Parce que les petits vont devenir grands. Les jeunes auront les graines que vous aurez déposés dans leur esprit, et quand ils grandissent, ils changeront le monde.

J’essaie d’être heureux, parce que je sais que si je ne le suis pas, mes collègues ne le seront pas, et mes actionnaires et mes clients non plus.

Sur les questions relatives à la protection de la vie privée, c’est comme il y a des centaines d’années lorsque les gens disaient, « je préfère mettre mon argent sous mon oreiller plutôt que dans une banque. » Mais aujourd’hui, les banques savent comment protéger l’argent bien mieux que vous. Aujourd’hui, nous n’avons peut-être pas les réponses aux questions relatives à la vie privée, mais je crois que nos jeunes vont apporter les solutions.

Notre philosophie est que nous voulons être un écosystème. Notre philosophie est de donner la capacité aux autres de vendre, leur donner la capacité de service, s’assurer que les autres sont plus puissants que nous. Avec notre technologie, nos innovations, nos partenaires – 10 millions de petits vendeurs – ils peuvent entrer dans la compétition avec Microsoft ou IBM.

Dépenser de l’argent est bien plus difficile que de le gagner.

En tant qu’homme d’affaires, je souhaite au monde entier de partager une égale prospérité.

Je ne veux pas être aimé, je veux être respecté.

Ma vision est de construire un écosystème de commerce en ligne qui permette aux clients et aux entreprises d’échanger commercialement à tous les niveaux en ligne.

Ayons confiance en la jeunesse ; ayons confiance en la capacité d’innovation de cette generation. Ils créent des choses, innovent chaque jour. Et tous les consommateurs sont les mêmes : ils veulent de nouvelles choses, ils veulent des choses bon marché, ils veulent de bons produits ou services, uniques en leur genre. Si nous pouvons créer ce genre de choses pour les clients, ils viendront.

Si vous souhaitez investir dans notre compagnie, nous plaçons le client en n°1, l’employé en n°2, l’actionnaire en n°3.

Les leçons que j’ai apprises des heures sombres d’Alibaba : vous devez faire en sorte que votre équipe ait de la valeur, de l’innovation, et une vision. Aussi, si vous n’abandonnez pas, vous avez encore une chance. Et lorsque vous êtes petit, vous devez être très concentré et vous appuyer sur votre intelligence et non pas sur votre force.

Au début je voulais juste survivre. Pendant les trois premières années, nous n’avons eu aucun revenu. Je me rappelle plusieurs fois où j’allais payer l’addition et le propriétaire du restaurant me disait « elle a été payée ». Et il y avait une note disant, « M. Ma, je suis un de vos clients sur la plateforme Alibaba. J’ai gagné beaucoup d’argent, et je sais que ce n’est pas votre cas, j’ai donc payé la note ».

Je respecte Apple. C’est une grande compagnie qui a changé le monde, spécialement dans le domaine de la téléphonie mobile.

Avant que je quitte la Chine, l’on m’avait enseigné que la Chine était le pays le plus riche et heureux du monde. Quand je suis arrivé en Australie, j’ai pensé, « Oh mon dieu, tout est différent de ce qu’on m’a dit. » Depuis ce temps-là j’ai commencé à penser différemment.

Personne ne voulait croire Jack Ma.

Mon rêve était de créer ma propre compagnie de commerce en ligne. En 1999 j’ai rassemblé 18 personnes dans mon appartement et je leur ai parlé pendant deux heures de ma vision. Tout le monde a mis son argent sur la table et nous avons pu lancer Alibaba avec 60 000 dollars. Je voulais une compagnie internationale, j’ai donc choisi un nom international.

J’aime bien jouer aux cartes. Je ne suis pas très bon car je ne veux pas calculer, je joue par pur instinct. Mais j’ai appris beaucoup sur la philosophie du business en jouant au poker.

Je veux changer l’histoire, faire quelque chose d’important dans ma vie, et influencer les gens comme nous l’avons fait avec les millions de petites entreprises chez Alibaba. Ainsi ils vous aiment et vous respectent parce que vous rendez leur vie importante.

La Chine est toujours l’économie dont la croissance est la plus importante au monde, mais nous devons apprendre comment utiliser l’argent d’une meilleure façon. Il s’agit de la qualité, pas de la quantité.

Je ne suis pas un geek. J’observe la technologie avec les yeux de mes clients, les yeux des gens ordinaires.

Chaque revolution technologique prend à peu près 50 ans.

Le commerce est une communication des cultures et des valeurs.

Si vous vous lancez dans les affaires, il ne s’agit pas simplement d’acheter. Vous devez créer quelque chose. Vous devez créer quelque chose qui n’a jamais existé pour le futur.

Quand nous avons lancé notre compagnie internet “China Pages” en 1995, nous faisions simplement des pages d’accueil pour de nombreuses entreprises chinoises. Nous allions voir les grands propriétaires, les grandes compagnies et ils ne souhaitaient pas s’y engager. Nous sommes allés voir les entreprises nationales, c’était pareil. C’est uniquement les PME qui voulaient réellement s’y engager.

Quand j’ai eu 12 ans, je me suis intéressé à l’apprentissage de l’anglais.

Une startup pour les entrepreneurs c’est comme avoir un bébé, et j’ai 5 bébés maintenant. Je suis un père expérimenté.

Je pense que la nouvelle generation est toujours meilleure que la précédente. Peu importe que vous aimiez ça ou non. Mon père disait, « Jack, je suis si bon, tu ne pourras l’être autant ». Mais je suis meilleur que lui. Mon père est meilleur que mon grand-père. Mes enfants seront meilleurs que moi.

La technologie, je n’y connais rien.

Notre philosophie est la suivante : en utilisant la technologie internet, nous pouvons faire en sorte que chaque compagnie devienne Amazon.

Je ne me soucie pas des revenus.

Mon travail consiste à aider plus de gens à avoir des jobs.

Si Alibaba ne peut pas devenir un Microsot ou un Wal-Mart, je le regretterai pour le restant de mes jours.

Alibaba est un écosystème qui aide les petites entreprises à croître.

Quand j’ai commencé, je réfléchissais à la façon dont internet était global et que nous devions avoir un nom global également, un nom intéressant. En ce temps-là, le meilleur nom était Yahoo ! Soudain j’ai pensé, Alibaba est un bon nom.

 

Dix citations d’un leader : Abraham Lincoln

Abraham Lincoln
  • Gardez toujours en tête que votre propre détermination à réussir est plus importante que tout le reste.
  • Donnez-moi six heures pour abattre un arbre et je passerai les quatre premières à aiguiser ma hache.
  • Quand j’agis bien, je me sens bien. Quand j’agis mal, je me sens mal. Ceci est ma religion.
  • Ne vous inquiétez pas de ne pas être reconnu mais efforcez-vous de valoir cette reconnaissance.
  • Je vais me préparer, et un jour ma chance viendra.
  • Le tact est la capacité à décrire les autres comme ils se voient eux-mêmes.
  • J’aime voir un homme fier du lieu dans lequel il vit. J’aime voir un homme vivre de telle façon que l’endroit d’où il vient sera fier de lui.
  • Quoi que vous soyez, soyez-en un bon.
  • Ne détruis-je pas mes ennemis quand j’en fais mes amis ?
  • Je n’aime pas cet homme. Je devrais apprendre à mieux le connaître.

 

 

Atteignez vos objectifs plus facilement avec le système d’activation réticulaire (SAR)

 

« Penser d’une manière concentrée pour définir les résultats souhaités est quelque chose que peu de gens pensent devoir faire. Mais en vérité, c’est l’un des moyens les plus efficaces pour faire des souhaits une réalité. 

 Pensez à votre but. Pensez à ce à quoi ressemblerait un résultat positif : où seriez-vous physiquement, financièrement, en termes de réputation ou autre ? Faites un brainstorming des étapes potentielles. Organisez vos idées. Décidez des prochaines actions. Avez-vous une image plus claire de l’endroit où vous voulez aller et de la façon de vous y rendre ?  »          

David Allen, Getting things done

Lorsque vous avez défini un objectif, concentrez votre esprit dessus. Vous deviendrez soudainement conscient de choses auxquelles vous n’aviez peut-être jamais prêté la moindre attention auparavant, mais qui vous seront utiles ou importantes pour vous et votre objectif.

N’avez-vous jamais observé qu’à un moment donné, si vous prêtez votre attention à quelque chose pour une quelconque raison, vous aurez l’impression d’en voir désormais partout ?

Faites le test par vous-même : concentrez-vous sur la couleur rouge par exemple. Jetez maintenant un œil tout autour de vous.

Eh oui ! S’il y avait du rouge dans votre environnement, vous en avez vu même les plus petits détails alors que quelques secondes auparavant vous n’y prêtiez absolument aucune attention.

De façon identique, vous apprenez un nouveau mot puis vous vous mettez à le voir ou à l’entendre partout. Tout le monde a déjà fait cette expérience à propos d’une chose ou d’une autre.

Cela n’a rien de magique. C’est simplement l’intervention du système d’activation réticulaire, ou SAR.
Qu’est-ce que le système d’activation réticulaire ?

Ne vous inquiétez pas, je traduis. Le SAR est une partie du cerveau qui se trouve dans le tronc cérébral (en avant du cervelet, juste en dessous du cerveau, entre celui-ci et la moelle épinière). Cette région est constituée d’un ensemble de cellules nerveuses disposées en réseau dense tout le long du tronc cérébral.

Le SAR a un diamètre légèrement plus grand qu’un crayon. Tous vos sens (à l’exception de l’odorat, qui va directement au centre émotionnel de notre cerveau) sont directement reliés à ce faisceau de neurones de la taille de votre petit doigt.

Souvent, le SAR est comparé à un filtre. Il s’assure que votre cerveau n’a pas à gérer plus d’informations que ce dont il est capable. Il a donc un rôle très important car c’est lui qui décide quelles sont les informations qui sont autorisées à entrer dans le champ de votre conscience. En effet, vos organes sensoriels envoyant des quantités massives d’informations, il s’agit de sélectionner celles qui sont les plus importantes.

Je vous donne un autre exemple. Vous séjournez dans un logement surplombant une avenue où la circulation est dense. Au début, vous aurez totalement conscience de ce bruit omniprésent. Ensuite, vous n’y ferez plus du tout attention. En effet, le SAR  aura fait son travail, ce bruit de fond n’est pas considéré comme une information importante, vous n’avez donc pas besoin d’en être conscient.

Cela ne concerne pas simplement les sons. Notre peau abonde d’environ un million de cellules nerveuses qui détectent la pression, la douleur, la température et la localisation. Et un œil humain capture plus de 300 mégapixels d’informations visuelles chaque seconde ! Malgré toutes ces informations sensorielles, on estime que l’esprit conscient ne peut gérer qu’un peu plus de 100 informations par seconde.

Votre SAR est la façon dont l’évolution a décidé de gérer ce problème d’information excessive. Il est particulièrement adapté pour faire la distinction entre des informations pertinentes et non pertinentes.

Et voici où je voulais en venir avec tout ça : qui définit donc l’ordre du jour de votre attention ? Vous bien sûr mais cela n’est pas forcément… conscient !

En effet, votre SAR prend ce sur quoi vous vous concentrez et passe ensuite au crible les données en ne présentant que les éléments qui sont importants pour vous. Tout cela se passe sans que vous ne le remarquiez, bien sûr. Le SAR se programme lui-même pour travailler en votre faveur sans que vous fassiez quoi que ce soit.

Ce qui vous intéresse en ce moment, ainsi que vos systèmes de croyances plus profonds, ont beaucoup de contrôle sur ce filtrage. Imaginez que vous ayez égaré vos clés. Pendant que vous les cherchez, votre esprit cherche une forme, une image particulière. Si à votre insu, votre colocataire a déplacé le beurre de cacahuète de la cuisine et l’a caché dans le placard à chaussures, même si vos yeux se posent sur le pot à tartiner en cherchant les clés, vous ne le remarquerez pas nécessairement et vous le chercherez sans doute plus tard lorsque viendra l’heure de vous faire une tartine. C’est que jusque-là cette information n’était pas aussi importante que la recherche de vos clés.

Ainsi, en fonction de vos intérêts du moment, de ce que vous considérez comme important à un moment donné, votre esprit subconscient se met au travail et signale cette pensée comme une pensée importante.

C’est pour cette raison que le SAR est une arme redoutablement efficace dans l’atteinte de vos objectifs, quels qu’ils soient.

Vous pouvez programmer le SAR de façon consciente.

Saviez-vous que l’acteur Jim Carrey, avant que quiconque ne sache qui il était, garait sa voiture tous les soirs sur Muholland Drive (route offrant des panoramas sur la ville de Los Angeles), et qu’il se visualisait en train de devenir la star Hollywoodienne qu’il est devenu par la suite.

Jim Carrey

Il a même poussé le procédé jusqu’à se faire un chèque de dix millions de dollars pour un contrat de film, et s’est donné trois ans pour l’encaisser au titre des « services d’acteur rendus ». Le chèque s’est détérioré dans son portefeuille au fil du temps mais quelques jours avant la date anniversaire, il a obtenu ses dix millions de dollars pour jouer dans le film Dumb and Dumber (voir son entretien télévisé avec Oprah Winfrey).

Ce n’est pas un cas isolé. Arnold Schwarzenegger par exemple en parle très souvent dans ses interviews ou dans son autobiographie. Il avait une vision de qui il voulait devenir et il affirme clairement qu’il s’est servi de cet outil de la visualisation pour atteindre ses objectifs. Il est devenu champion du monde de culturisme puis star internationale du box-office et enfin gouverneur de Californie (le plus grand État des États-Unis). Ce parcours extraordinaire, alors même que ses origines autrichiennes et son accent auraient pu – dû – l’handicaper, doit faire réfléchir.

Arnold Schwarzenegger

Par exemple, rencontrer les bonnes personnes est crucial pour l’atteinte de votre objectif particulier. Votre SAR a pris en compte cette information et fera affleurer dans votre champ de conscience toutes les opportunités qui se présentent en lien avec votre objectif. Cela peut être des personnes que vous côtoyez déjà, que vous connaissez très bien mais dans le passé, vous auriez ignoré telle information parce qu’elle ne vous était d’aucune utilité, tandis que désormais elle est mentionnée dans le contexte de quelque chose que vous espérez atteindre : elle devient donc soudainement importante.

Vous avez compris de quoi il retourne, agissez maintenant !

1. En mettant votre objectif sur papier, vous engagez tous vos sens – votre vue (en regardant les mots que vous avez écrits), vos sentiments (la sensation de la plume et du papier et les sentiments produits par l’excitation du but). Même le sens auditif peut être engagé parce que quand vous écrivez vous pensez les mots pour vous-même ou pouvez même les dire à voix haute. C’est suffisant pour mettre votre SAR en alerte.

2. Votre esprit, y compris votre SAR, ne peut pas faire la différence entre quelque chose qui est vivement imaginé et la réalité. Il a tendance à croire vos messages et vos suggestions. Je prends un exemple : lorsque vous êtes en train de rêver, votre esprit tout entier est dans votre rêve et si vous devez effectuer un mouvement brusque, votre corps va y répondre automatiquement en effectuant ce mouvement dans la réalité, si bien que cela vous réveille ! Cela arrive à chacun d’entre nous. Et quand on y réfléchit, rien n’était réel et ce mouvement n’était pas nécessaire. Votre cerveau a « cru » que ça l’était.

Donc, assurez-vous que vous ayez une image claire et positive ou un sentiment de comment vous serez, ce que vous serez et où vous serez lorsque vous aurez atteint votre objectif. Mettez-y de l’émotion, mettez-vous dans la peau du personnage. Comme le disent les américains : « Fake it until you make it » (en gros : faites semblant jusqu’à ce que ça se réalise).

J’ai prétendu être quelqu’un que je voulais être jusqu’à ce que finalement je devienne cette personne. Ou elle est devenue moi.

Carey Grant (acteur américain)

Visualisez ou imaginez votre résultat désiré souvent et de façon répétée et votre esprit commencera à l’accepter comme normal, acceptable et surtout, réalisable.

Mettez toute votre passion, toute votre excitation et votre enthousiasme à vous imaginer dans la situation où vous êtes parvenu à atteindre votre objectif. Tous les athlètes qui réussissent pratiquent leur sport physiquement et mentalement. Non seulement un sprinter construit son physique par une pratique constante, mais il a aussi et surtout une image de lui-même en train de gagner la course. S’il ne peut pas se visualiser et ressentir l’émotion lorsqu’il franchit la ligne d’arrivée devant tous les autres concurrents, il a peu de chance de gagner. Voyez-vous gagner. Programmez votre esprit pour le succès

Tout athlète professionnel vous dira que l’esprit est tout. Pour moi, il n’y a aucune honte à dire que je visualise et que je médite, parce que ça fonctionne vraiment.

Carli Lloyd (footballeuse américaine, considérée comme l’une des meilleures joueuses au monde)

Mon succès n’est pas le résultat de l’arrogance – c’est le résultat de la croyance.

Conor McGregor (champion MMA irlandais – Arts martiaux mixtes)

 

C’est la répétition des affirmations qui mène à la croyance. Et une fois que cette croyance devient une profonde conviction, les choses commencent à se réaliser.

Mohammed Ali (boxeur américain)

 

Vous devez attendre des choses de vous-même avant de pouvoir les réaliser.

Michael Jordan (basketteur américain)

Maintenant, faites bien attention à une chose qui pourrait se mettre en travers de votre route.
 En effet, le SAR recherche des informations qui valident vos croyances. Il filtre le monde à travers les paramètres que vous lui donnez, et vos croyances façonnent ces paramètres. Si vous pensez que vous êtes mauvais pour faire des discours ou pour danser, vous le serez probablement. Si vous croyez en revanche que vous travaillez efficacement, ce sera très probablement le cas. Le SAR vous aide à voir ce que vous voulez voir et, ce faisant, influence vos actions.

Le SAR  prend en compte tout votre système de croyances. Et la plupart sont inconscientes. Si par exemple vous manquez de confiance en vous, cela risque de nuire à l’accomplissement de votre objectif. Si c’est le cas, travaillez sur les zones à problèmes, étape par étape, en fonction de chaque étape de votre objectif. Entrez en contact avec le «vous» authentique plutôt qu’avec la personne que vos croyances auto-limitantes voudraient que vous soyez.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on dit souvent qu’avant d’atteindre un objectif on doit devenir la personne qui va l’atteindre. Lorsque vous changez, tout change.

Créez une image claire de ce que vous voulez. Votre système fonctionne en termes d’objectifs et de résultats, et une fois que vous lui avez donné un objectif précis, vous pouvez compter sur son système de guidage automatique pour atteindre cet objectif. Vous fournissez l’objectif en pensant en termes de résultats finaux et votre mécanisme automatique fournit alors les moyens par lesquels vous obtenez les résultats attendus.

Cela n’a rien à voir avec la pensée positive. Si votre véhicule est en panne car vous avez oublié de mettre de l’huile dans le moteur, vous aurez beau vous concentrer sur la «pensée positive», prier ou quoi que ce soit d’autre, cela ne changera absolument rien à l’affaire. Il vous faut agir et prendre les mesures qui s’imposent pour atteindre vos objectifs.

À moins de visualiser précisément ce que vous souhaitez en combinant cela avec les mesures adaptées, vous n’arriverez à rien ; peu importe combien vous essayez de «penser positivement» à ce sujet, si vous ne réfléchissez pas et si vous ne passez pas à l’action, rien ne se produira. 

CAS PRATIQUE : testez les trois phrases suivantes :

1. « J’espère savourer mon dîner ce soir. » (observez comment vous pensez réellement à cela – vos images internes, sons et sentiments)

2. « Je veux savourer mon dîner ce soir. » (faites de même – qu’est-ce qui diffère de la première question ?)

3. « J’ai l’intention de savourer mon dîner ce soir. » (faites de même – qu’est-ce qui diffère des deux premières questions ?)

Faites attention à la façon dont chacun de ces changements simples crée une expérience très différente. Pour la plupart des gens, la première question produira des doutes. En d’autres termes, plusieurs images apparaîtront dans votre esprit représentant différentes possibilités, l’une est que vous pouvez profiter de ce dîner et l’autre étant que vous ne le ferez pas.

La deuxième phrase devrait produire une représentation différente. Quand vous dites : «Je veux savourer mon dîner ce soir», vous verrez généralement ce que vous voulez dans le futur, mais vous ne vous verrez peut-être pas en profiter dès maintenant. Cela peut paraître plus convaincant parce qu’ici vous voyez ce que vous voulez. Mais il y a encore de la place pour le doute car il est plus difficile de se mettre dans l’expérience concrète de l’atteindre.

La troisième image de l’intention de savourer de votre dîner devrait vous mettre dans l’acte de profiter pleinement de votre expérience et d’être totalement présent à elle. Prévoir que quelque chose se produise vous associera généralement à l’expérience d’atteindre votre objectif et à tous les sentiments, images et sons qui vont avec.

Quand je me prépare à nager, j’imagine absolument tout : la couleur de l’eau, le froid, le goût du sel dans la bouche. Je visualise chaque battement.

Lewis Pugh (nageur britannique d’endurance, 1ère personne à avoir pratiqué des nages longues distances dans tous les océans du monde, y compris l’océan artique en 2007)

Pugh s’entraînant en Antartique en 2005.