8 principes du leadership

Image par Gerd Altmann de Pixabay

1. Les leaders motivent sans arrêt leur équipe, utilisant chaque occasion pour évaluer, coacher, et construire la confiance en soi.

En tant que leader, restez toujours bien conscient que votre principal boulot est de créer un environnement de travail dans lequel les membres de votre équipe se sentent en confiance, écoutés, soutenus, compris.

Leader, responsable, chef d’équipe, votre personnalité comme votre attitude ont un impact énorme, ne l’oubliez jamais.

2. Les leaders s’assurent que les gens ne voient pas simplement la vision, mais qu’ils la vivent et la respirent.   

Votre vision (pour l’organisation, l’entreprise, l’association, le projet, peu importe) est importante bien sûr mais pour se manifester elle doit s’incarner.

Et elle ne s’incarne que par le travail de vos collègues.

Votre boulot, c’est de vous assurer (comme le lait sur le feu) que ces derniers ont bien compris votre vision, y adhérent et donc y travaillent.

Cela vous permet d’ajustez le tir en chemin.

3. Les leaders s’imposent dans la peau de tout un chacun, exudant énergie positive et optimisme.

Un leader pessimiste, vraiment ??? Soyons sérieux…

Peu importe votre personnalité, vous devez animer à votre façon, trouver un moyen de “faire vivre”, de donner du sens.

Je suis introverti, cela ne m’empêche pas de faire mon boulot. Si vous n’existez pas, si vous n’animez pas, si vous êtes aux abonnés absents, vous ne faites pas votre boulot.

4. Les leaders établissent la confiance par la candeur, la transparence et le crédit.

Je travaille dans la fonction publique. J’ignore comment ça se passe dans le “corporate” mais je suis toujours sidéré de voir que la plupart des gens ne disent pas les choses.

Comment voulez-vous régler les problèmes si vous ne les posez pas sur la table ?

C’est cela la candeur. On dit qu’il y a un problème, en toute transparence, et les solutions émergeront d’elles mêmes.

Par un effet miroir, vos collègues comprendront qu’ils peuvent parler sans crainte.

N’oubliez jamais enfin de dire merci (un simple mot, souvent oublié, mais tellement puissant en matière de leadership).

5. Les leaders ont le courage de prendre des décisions impopulaires et d’agir selon leur instinct.

Comme l’a dit un certain premier ministre du Royaume-Uni (Tony Blair), “l’art du leadership est de dire non, pas oui. C’est très facile de dire oui.”

Parfois, réfléchir n’apporte rien car vous êtes impliqué émotionnellement (vous ne voulez pas déplaire par exemple).

Si vous ressentez qu’il est nécessaire qu’une décision soit prise pour le bien de l’organisation, et donc de l’équipe, alors vous devez y aller, même si vous savez que certains vont grincer des dents.

On affronte la situation car rien ne vaut le sentiment d’avoir été courageux et surtout d’avoir fait ce qu’il fallait, en tant que leader.

6. Les leaders questionnent et poussent avec une curiosité confinant au scepticisme, s’assurant que l’on réponde à leurs questions par l’action.

Une collègue, cadre et venant d’arriver sur son poste, m’a confié : “en ce moment je ne suis pas dans mon bureau, je suis avec mes collègues“.

C’est une très bonne attitude.

C’est comme cela qu’on apprend non seulement à connaître les membres de son équipe mais aussi de quoi est constitué le travail, par ceux-là mêmes qui le font.

Une question en amène une autre et, petit à petit, aidé de votre positionnement, vous commencez à vous faire une idée sur la façon de piloter.

Vous savez ce qu’on dit, la question stupide est celle que l’on ne pose pas.

7. Les leaders inspirent la prise de risque et l’apprentissage en montrant l’exemple.

Je suppose que vous avez déjà entendu cette phrase : “on a toujours fait comme ça“.

À un agent qui m’expliquait la façon dont il avait procédé, je lui en demandais la raison (j’avais autre chose en tête mais il y avait peut-être une raison valable que j’ignorais) et il m’a donné une explication qui ne m’a pas convaincu.

Cela ne m’a pas convaincu car en fait il n’y avait aucune explication rationnelle.

Dans beaucoup de structures, le “on a toujours fait comme ça” se veut imparable, a valeur de dogme.

On sous-entend  par là que l’antériorité prime sur une autre façon de procéder qui serait de toute façon mauvaise, tuée dans l’oeuf en quelque sorte.

Il n’y a rien de pire pour une organisation ! Non, vous devez montrer l’exemple en vous montrant anticonformiste, iconoclaste s’il le faut, si vous estimez que les résultats seront à la hauteur.

Vous devez faire comprendre à votre entourage que rien ne vous satisfait plus que la prise d’initiative, la faculté d’entreprendre de nouvelles choses pour le bien de l’organisation.

8. Les leaders célèbrent les accomplissements de leur équipe.

Je ne parle pas ici des repas annuels organisés par la hiérarchie, où tout le monde aimerait se trouver (légitimement) ailleurs…

On n’y fête rien à part le conformisme et les convenances.

Non, il s’agit de rassembler, de la façon la plus spontanée possible, les membres de votre équipe pour les féliciter sincèrement du travail accompli.

Cela peut concerner toute l’équipe ou bien une partie seulement ou même une personne que vous pouvez recevoir en entretien pour lui témoigner votre satisfaction.

Ce faisant vous donnez du crédit à ce qu’ils font, vous reconnaissez les efforts, vous leur prêtez attention.

BLAISE
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments
0 Partages
Enregistrer
Partagez
Partagez